Bonjour, 

La page est lancée, le départ approche. A un jour du départ l’excitation mélangée au stress intervient.

1ère étape: le sac à dos

L’étape la plus difficile intellectuellement et la plus importante pour passer un séjour agréable.  Avec beaucoup de non initiés, nos « vétérans » de la randonnée nous fournissent régulièrement des conseils avisés pour passer notre séjour dans les meilleures conditions.

Tout d’abord quelles sont les affaires à emporter ?

Réponse du vétéran : Tout d’abord de bonnes chaussures et chaussettes car vos pieds sont vos outils et ils doivent être bien protégés  . Ensuite des bâtons pour diminuer la charge sur les jambes notamment en montée et en descente. Quelques vêtements chauds car le froid peut vite arriver. Des vêtements pour la pluie ( vestes gore tex, parka, …) car vos affaires doivent rester protégées en toutes circonstances. Une popote pour pouvoir manger, des lunettes de soleil, un chapeau, et de la crème solaire, une trousse de toilette, une trousse de secours pour se protéger. La recherche du confort est le mot d’ordre pour passer un séjour agréable.

11722281_391579591037773_2004645520316200562_o

Comment bien ranger son sac?

Réponse: Il faut faire attention à bien répartir les affaires dans son sac car il faut que certaines affaires soit accessible rapidement durant la journée.Mettre dans les poches extérieures de son sac ce que l’on utilise le plus comme la gourde, le chapeau, la crème solaire, les gants, bonnets, lunettes… Par la suite il faut bien mettre le poids le plus lourd au centre du sac proche du dos, Celà va permettre de ne pas avoir un effets de tirage sur les épaules ou le dos.

11760306_391579401037792_311055567414900891_n

Pour finir, Voyez vous des affaires indispensables desquelles nous n’avons pas discuté?

Réponse: Oui j’en vois plusieurs, Tout d’abord pensez à prendre du liquide et anticiper vos repas pour ne pas vous retrouvez en difficulté. Il faut aussi amener des jeux pour pouvoir passer des moments agréables pendant les temps de repos car la randonnée avant tout est un moment de partage, de joie. De plus gardez votre bonne humeur malgré les difficultés, elle vous paraitront anecdotiques après ce voyage.

Un grand merci au « vétéran » pour ces conseils avisés qui vont nous permettre de mieux appréhender ce périple.

Le sac est dans la voiture, le sourire aux lèvres,… nous sommes prêts.

2ème  étape:  le départ et la première randonnée 

  • étape de la journée: Les Houches -> Col de Voza (1700 m d’altitude) -> Le Champel -> Les Contamines-Monjoie
  • Distance: 18 km      Temps : 6h24
  • Dénivelé: D+ 1175     D-  970

Le départ des voitures est à 7 heure sur Lyon. Tout le monde est au rendez-vous. Après la distribution des t-shirt et des gourdes, nous empruntons la route chamonix . La conduite fût parfaite malgré la volonté d’un canard souhaitant nous barrer la route. Nous arrivons aux Houches….

IMG_3427

Le vrai départ est lancé à 10 heure en direction du col de Voza. Le plus dur reste au départ le réglage du sac à dos pour éviter les douleurs notamment sur les hanches et les épaules. Nous démarrons par une première grimpe assez difficile, nous nous rendons rapidement compte de l’importance des bâtons pour décharger le poids sur les jambes.

Nous arrivons en haut du col de Voza vers 12h30 avec en première vue le glacier de Bonassay… Notre premier point de vue du Mont Blanc sous un beau soleil. Nous attaquons notre repas avant de repartir vers 14h en direction des Contamines.

IMG_3431

Le chemin est très vallonné alternant les passages de routes et de sentiers. Nous longeons la rivière pour atteindre les contamines où nous effectuons quelques achats de vivres. Nous arrivons au camping du Pontet à 18h15.

Après une rapide visite de notre « suite » , nous attaquons la préparation des gâteaux dans les moules recyclables et biodégradables. Ils sont fait à base de papier sulfurisé. Ils sont conçus par l’entreprise Ahlström. Par la suite, dans notre logique de partage, nous avons choisis de distribuer des parts de gâteaux aux personnes du camping. Nous avons fait la rencontre de l’association Handi’cap évasion qui réalise aussi une randonnée avec des personnes en situation d’handicap dans des goelettes.

IMG_3444 IMG_3445IMG_3436

Pour finir nous profitons d’un bon repas autour d’une table après cette longue journée.

 

IMG_3439

étape écrit par hadrien et nicolas mini

3ème étape:  C’est qui le bonhomme??

Parcours: Les Contamines – La croix du bonhomme

Distance: 13 km

Dénivelé positif : 1400 m

Dénivelé négatif : 0 m

Col du bonhomme : 2329 m

Temps : 4h20

Conseil du jour : Il est très important de prendre son temps et de trouver son rythme pour ne pas trop souffrir et atteindre le Col. « Rien ne sert de courir ».  Pensez aussi à faire le rappel de charge régulièrement pour éviter les douleurs aux cervicales.

 

Réveil 7h pétante, tout le monde a bien dormi, Jérémy n’a pas ronflé ! Nous voilà partis à 8h40  le timing est respecté. La randonnée commence tranquillement ce qui nous permet de discuter et de beaucoup rigoler. Ceci n’est qu’un petit quart d’heure d’échauffement avant que les choses sérieuses commencent.  Ça grimpe pendant 3h, « quelle horreur !!! ».  Nous grimpons progressivement jusqu’au pont naturel, point de ralliement pour l’ensemble du groupe. Ce pont a été créé par la rivière qui a progressivement creusée la roche (phénomène d’érosion). C’est un cadre très joli, idéal pour un premier arrêt qui nous permet de récupérer. Nous continuons notre ascension jusqu’au chalet. Nous en profitons pour faire une grosse collation (et la pose pipi) pour reprendre des forces et pour attaquer la suite qui s’avère plus ardue.

IMG_3477

 

En effet « C’était intense en dénivelé et agréable à la vue ». Le dénivelé est de plus en plus raide à partir de ce point et cela sur un temps très court. La mer de nuage nous apparait et les premières marmottes pointent le bout de leur nez, pour notre  plus grand plaisir.

IMG_3482IMG_3486

On monte, on monte, on monte encore et encore et la enfin pour tous la délivrance l’atteinte du col du bonhomme mais aussi le temps du comté du saucisson et …du rouge !!! Nous pouvons apprécier une vue à 360 degrés sur les différents pics et lacs qui nous entourent.

IMG_3480

Après une pause sieste et repos, nous repartons sur un chemin escarpé à flanc de montagne. Nous croisons des randonneurs accompagnés de mules pour le portage de sac. A ce moment-là, on se demande pourquoi on n’en a pas. Enfin, nous arrivons dans un gite magnifique et convivial à la croix du bonhomme à 2443 m d’altitude. Encore une fois, nous allons bien dormir.

Carole et Manon ( Avec l’aide de presque tous)

Les photos sont en cours de traitement….

4ème étape: Journée GRISE  ….

Parcours:La croix du bonhomme – Refuge Elisabetta (Italie)

Distance:  15 km

Dénivelé positif : 800 m

Dénivelé négatif : 1300 m

Col de la seigne : 2516 m

Temps : 5h10

Conseil du jour : Face à la difficulté, rester soudés et ne rien lâcher !!!

 

Après un réveil difficile suite à une nuit agitée (trop de chaleur : 7 dans un tout petit dortoir !). Au réveil notre vice-président avait pris la décision de ne pas poursuivre l’aventure (après deux nuits blanches…) ! Gros coup dur pour lui et pour nous… Il y avait possibilité de faire deux groupes : le premier qui allait rejoindre la vallée la plus proche (2h de descente pour rejoindre Les Chapieux) avant de remonter et rejoindre le col de la seigne par la ville des glaciers et le second groupe pouvait poursuivre sur les crètes comme prévu initialement.

IMG_3507

A l’unanimité le groupe décide de rejoindre la vallée pour accompagner Nicolas M sur le chemin du retour malheureusement. Mais sa santé passe avant tout ! Promis on le refera avec toi !! Vu les  conditions annoncées et le temps qu’il nous faut pour rallier Les Chapieux à la ville des glaciers, nous décidons de prendre une navette sur 3 km de route avec pas mal de dénivelé positif. Quitter Nico a été difficile, très difficile… Nous lui souhaitons le meilleur rétablissement ! L’ambiance était morose dans le minibus ! Mais il a fallu très vite se remobiliser pour gravir le col de la seigne dans des conditions météorologiques plus que ardus ! De la pluie, du froid, du brouillard et énormément de vent (rafales aux alentours de 80Km/h en haut du col).

IMG_3523

Heureusement que nous étions bien équipés donc pensez à vos capes de pluie, vos vestes goretex et à vos sur sacs (gants et bonnets étaient tout aussi indispensables !). Deuxième coup dur du jour en plus de la météo contraignante : Céline a une douleur très vive au genou gauche. Elle gravit avec beaucoup de courage, seule, la fin du col. A 50minutes du refuge, les garçons prennent la décision de lui porter son sac jusqu’à l’arrivée pour soulager son genou. Ils ont été formidable et notamment Jérémy P qui est remonté chercher son sac et aider Nicolas L a faciliter les passages délicats à Céline (très très glissant sur la fin) en lui faisant une sécurité rapprochée.

IMG_3525

Après 5h15 de marche sous la pluie, dans le vent et par un froid glacial nous arrivons au refuge (où nous n’étions pas sûr à 100% d’avoir un lit au chaud et un doute sur la douche chaude). OUF !!! Nous avons un lit, une douche chaude pour 2euros (même si Carole a failli casser tout le système de douche alors que personne n’était encore douché), de bons chocolats chauds et cappuccino, du vin chaud (et oui on ne se laisse pas abattre !!!) et de quoi étendre nos vêtements trempés. Après une si difficile journée nous attendons le repas italien avec impatience (au deuxième service dommage…) avant de pouvoir nous reposer, sombrer dans les bras de Morphée (on ne sait toujours pas qui c’est Morphée à vrai dire ^^) et espérer une meilleure journée demain !

IMG_3535

S’il y a un mot d’ordre à retenir aujourd’hui, nous pouvons dire que notre solidarité a été notre force, cela nous a encore plus renforcé et nous ne sommes rien les uns sans les autres dans des montagnes qui peuvent être si capricieuses ! Sunday Runners un jour, Sunday Runners toujours !!

 

Jennifer et Audrey

 

 

5ème étape :  Retour à la civilisation …

Parcours: Refuge Elisabetta (Italie)-Hotel Funivia (Courmayeur)

Distance: 18km

Dénivelé positif : 700m

Dénivelé négatif : 1 640m

Temps : 6h

Phrase du jour : Le TMB n’est pas un sprint mais un marathon, économisez-vous !

 

 

Réveil matinal imposé par les Coréens partageant notre dortoir (6h15), petit déjeuner complet avec cacao au lait super chocolaté ! Départ 8h15 dans le vent froid mais sous le soleil : on profite enfin du bel environnement du refuge (glacier juste au-dessus).

IMG_3544IMG_3542

Départ les pieds encore humides pour celles et ceux dont les chaussures n’avaient pas séchées. Descente puis longue traversée de la baie juste en-dessous du refuge pour atteindre le lac : déception quant à sa superficie et sa couleur. Début de la rude montée, 600m de dénivelé positif avant une bonne pause goûter. Tout au long d’un chemin vallonné, nous avons pu apprécier le paysage extraordinaire et notamment de nombreux glaciers dont celui du Mont Blanc de Courmayeur.

IMG_3571 IMG_3570

Enfin arrive la pause pic nic : au bord d’un superbe petit lac de haute montagne, on aurait presque eu envie de s’y baigner. Pas le temps de faire la sieste, on repart la panse bien remplie. Nous attaquons la très longue descente. Alors que tout le monde pense enfin souffler, les douleurs articulaires des uns et des autres se réveillent. M., complètement bilingue, se fait accoster par un coréen, qui, selon elle, lui demande si ce sont ses chaussures qui sont accrochées sur son sac. Après réflexion, il devait lui indiquer que sa culotte qui séchait à l’extérieur de son sac était  tombée. N’ayant bien sur rien compris, elle répondit « Yes, Yes » et tourna les talons  pour continuer sa route. La culotte est donc perdue…  Petite pause méritée pour retrouver tout le monde au Col Chercuit aux abords d’un refuge bien animé : nous approchons de Courmayeur ! Nous reprenons la descente, les genoux douloureux jusqu’aux œufs (à 1700m) où certains sages de l’équipe décident de les prendre pour descendre jusqu’à la ville. Les autres continuent à descendre à pied en courant et en chantant pour tenter de faire passer le temps qui les sépare encore de l’arrivée à la ville. Ayant retrouvé les autres descendus en œufs, nous allons chacun se ravitailler dans un petit Carrefour trouvé dans le centre-ville de Courmayeur (et pharmacie pour certain(e)s). A l’unanimité, nous décidons de prendre un bus pour aller à notre hôtel de ce soir : l’Hotel Funivia dans lequel nous sommes accueillis chaleureusement par sa gérante parlant français. Lessive collective, nos habits vont enfin sentir bon ! Départ tout sourire pour la pizzeria non loin de l’hôtel : succulentes et dépassant largement la déjà grande assiette, le repas se termine, bien entendu, par un Limoncello bien frais !

IMG_3577

 

Le TMB est une aventure humaine mais pas seulement envers les personnes du groupe : nous faisons également de belles et fidèles rencontres comme celle de 4 « jeunes » lyonnaises qui terminaient leur aventure aujourd’hui après s’être suivis pendant plusieurs jours. En espérant qu’elles feront un bon retour et continueront l’aventure à travers notre blog.

Daphné et Jérémy F. (et merci les filles !)

6ème étape: La fatigue et la belle vue….

Parcours: Hotel Funivia (Courmayeur) – Refugio Bonatti

Premier groupe : Thomas, Manon, Carole, Hadrien, Daphné, Audrey et Jen

Distance: 11km

Dénivelé positif : 900m

Dénivelé négatif : 100m

Temps : 4h15

Phrase du jour : le problème d’une personne est le problème de tous !

Après un petit déjeuner très copieux, nous avons pris la décision de faire deux groupes aujourd’hui afin de pallier aux différents « bobos » de chacun et aussi pour récupérer un nouveau membre des Sunday Runners, Thomas.

Une fois redescendu à Courmayeur et retrouvé Thomas, nous sommes partis pour gravir le col de la Bertone à 1900m d’altitude. La montée a été raide mais heureusement elle ne durait qu’une heure trente !!! Pause goûter pour reprendre des forces et trouver un superbe endroit pour déjeuner…seule au monde, avec le soleil et le mont blanc en face de nous ! Nous avons pu profiter de la fraicheur de la forêt, paysage que nous n’avions pas encore vu jusque là. Après avoir traversé la rivière, nous marchons sur un petit sentier très agréable (pour les genoux abîmés…). Enfin, nous pouvons voir au loin un magnifique chalet, tout neuf ! Petite bière de récupération et nous sommes parés pour l’étape de demain !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Second groupe : Nicolas, Marion, Sophie, Céline, Jérémy F, Jérémy P, Anaïs

Distance : 19km47

Altitude max : 2587m

Dénivelé positif : 1700m

Dénivelé négatif : 925m

Temps : 7h15

Conseil du jour : mettre ses affaires dans un sac poubelle à l’intérieur du sac à dos OU ne pas tirer sur le cordon du camel bag ! Et partager son eau avec ses camarades.

La journée débute avec un petit déjeuner copieux et varié à l’hôtel Funivia pour l’ensemble du groupe (ou presque) car Anaïs a malencontreusement (ou volontairement.. personne ne le saura jamais) été enfermée dans la chambre par Sophie. Nous voilà parti pour l’ascension du col Bertone où nous croisons quelques marmottes et fraises des bois ! Lors d’une pause Jérémy P en posant son sac tire sur le cordon de son camel bag qui était coincé avant qu’1,5L d’eau se vide dans son sac. A l’arrivée du Col nous croisons un troupeau de boules de poils, moutons, chèvres et autres bourriques. Après une concertation longuement menée, et malgré les avertissements de Jérémy F nous décidons de fait la variante du GR passant par la tête Bernarda et la tête de la tronche ou une vue à360° nous attendait et ou l’ascension fut vraiment ardue ! (225m en moins d’un quart d’heure..). Nous passons à coté de petits « lacounets » d’une couleur rouge vif dans lesquels le Mont Blanc se reflète majestueusement. Nous prenons une pause casse-croute très attendue entre les 2 têtes, car la fatigue commençait à se ressentir. Nous reprenons la route en direction du Col Sapin où la descente fut raide et parsemée de cailloux ce qui boosta bizarrement le groupe. Alors que nous pensions être presque arrivés il nous reste encore un bon bout de chemin avec une plongée dans l’Alpe de Séchéron qui nous dirigea vers une nouvelle ascension, la dernière enfin ! Pour finir nous descendons progressivement vers le refuge Bonatti en avalant les 500m de dénivelé négatif en appréciant les moments de plats qui nous manquaient depuis quelques jours.

IMG_3615 IMG_3614

 

kk IMG_3608

Jérémy et Anaïs

 

 

7 ème étape : Le retour de la pluie …

Parcours: Du Refuge Bonatti à La Lechère

Distance : 18km200

Altitude max : 2537 m

Dénivelé positif : 900m

Dénivelé négatif : 1200 m

Temps : 6h15

 

Conseil du jour : L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt

Après une nuit et un repas fort agréable au refuge Bonatti (l’un des meilleurs qu’on ait vu depuis le début du parcours), nous nous réveillons au son de la pluie battante sur le toit. En regardant par la fenêtre, on ne voit pas à 10 mètres tellement le brouillard est épais. En même temps, on était prévenu. La veille, on nous avait annoncé une magnifique journée de pluie (particulièrement l’après-midi et le soir). La décision avait donc été prise de partir un peu plus tôt que d’habitude pour éviter au maximum de revivre l’épisode du col de la Seigne qui avait été assez traumatisant pour tout le monde. On voulait partir à 8h, mais nous étions déjà prêts avant, car déjà pressés d’arriver au prochain refuge.

IMG_3621 IMG_3624

Avant de démarrer, nous nous sommes tous équipés de pied en cape avec tout l’attirail à notre disposition : sur-sac, veste Gore-Tex (ou pas…), cape de pluie (plus ou moins étanche en fonction du prix), pantalon étanche (pour les plus chanceux). Et comme prévu, c’est sous la pluie que nous avons démarré notre périple avec 6h30 de marche de prévu.

IMG_3636 IMG_3629

Au début, c’était de la descente pendant un peu plus d’une heure, avant d’attaquer une montée de 300 mètres de dénivelé qui nous a menés au seul refuge situé sur notre parcours. Il a donc été décidé de faire un gros casse-croûte pour tenir jusqu’à la fin de la randonnée, car nous n’aurions aucun autre abri en cas de mauvais temps pour pouvoir déjeuner. On s’attendait tous à devoir attendre l’arrivée pour remplir notre estomac.

C’est ensuite l’ascension du Grand Col Ferret (500 mètres de dénivelé supplémentaires) qui nous attendait, avec des vaches (ou plutôt le son de dizaines de cloches de vaches puisqu’on ne voyait toujours pas plus loin que le bout de notre nez) au démarrage pour nous souhaiter bonne chance. On a monté, monté, monté, monté… interminable. Le pire était de ne pas pouvoir voir ce qu’on avait déjà gravit et ce qu’il nous restait à accomplir. Autrement dit, on faisait un pas après l’autre, avec pour seule certitude que cela nous rapprochait de notre but. Seule consolation : la pluie avait plus ou moins cessé. Cela ne nous empêchait tout de même pas d’être trempés de sueur sous notre équipement de compétition.

IMG_3616 IMG_3618

C’est finalement plus tôt que prévu que nous avons atteint le col, vers midi environ, traversant ainsi la frontière italo-suisse. Sans s’attarder plus longtemps, nous avons continué notre chemin, en sachant que la ligne d’arrivée était encore à plus de 2h de marche. Peu de temps après, le brouillard s’est enfin levé (ou plutôt nous sommes enfin descendu sous les nuages), nous dévoilant un splendide panorama fait de montagnes herbeuses, de crêtes escarpées et de cascades vertigineuses.

Peu à peu, une certaine lassitude s’est installée dans le groupe, les uns ayants l’estomac dans les talons, les autres les talons pleins de bobos, et les derniers des bobos pleins les genoux. Bref, c’était compliqué et la fin du parcours a été très longue.

Quand nous sommes arrivés au village de Ferret, que l’on pensait être le point d’arrivée, nous nous sommes rendu compte que le refuge était encore à 25 minutes de marche. Ce fût un gros coup dur pour beaucoup d’entre nous. Mais c’est finalement avec bonheur que nous sommes arrivés vers 14h15, soit au bout de 6h15 de marche quasiment non-stop, complètement épuisés.

Nous avons découvert un superbe gîte dont nous serons presque les seuls occupants. Nous avons alors enfin pu nous remplir la panse d’un repas bien mérité avant de prendre une bonne douche chaude. Cela fût également l’occasion pour un Sunday Runners, qui a souhaité conserver l’anonymat, de mettre fin à 6 jours de constipation (les flageolets de la soupe de hier soir y sont sûrement pour beaucoup). Nous attendons maintenant avec impatience la raclette prévue pour ce soir à l’occasion de la fête nationale helvète.

 

Céline et Sophie

 

8ème étape : Le repos avant tout…

Parcours: du gîte de la Lechère à Champex lac (prononcer CHAMPE sous peine de se faire réprimander  par les suisses)

Distance : 6 Km

Altitude max : 1486 m

Dénivelé positif : 440m

Dénivelé négatif : 25 m

Temps : 1h30

Conseil du jour : qui veut aller loin ménage sa monture.

Anecdote du jour : si la forme n’attend pas le nombre des années, le nombre des années n’atténue en rien l’état de forme tant qu’on garde le sourire et la bonne humeur. Rencontre avec un homme passionné de sa montagne, double finisher du tour du mont blanc dont la deuxième fois à 84 ans! (Sois disant sans avoir mal aux jambes, alors que nous ça pique).

 

Connaissant l’étape à venir (la fenêtre d’Arpette) nous choisissons d’économiser au maximum notre énergie. Dans cette optique nous descendons au village le plus proche battit selon la légende en l’honneur d’une de nos camarades… (cf photo)

IMG_3646

De là deux groupes se forment : un groupe en étape de repos complet pour panser les bobos naissant. Le deuxième qui réalise la montée vers notre gîte du soir pour se dégourdir les jambes (mais aussi et surtout pour éliminer la raclette et le vin blanc) celle-ci empruntant un chemin en sous-bois où la fraicheur était la bienvenue, traversant vallons et ruisseaux. Tout au long du chemin « didactique des champignons » des sculptures en bois nous ont accompagnés (sanglier, lapin, écureuil, champignons).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAIMG_3654

Une fois arrivés à Champex-Lac et le groupe reformé nous avons pu profiter du lieu majestueux pour pique-niquer et se détendre en profitant d’une récupération à l’Américaine dans l’eau vivifiante du lac. (de vraies vacances !!!)

o IMG_3661

L’arrivée au gîte se fait donc en début d’après-midi, ce qui nous permet de se préparer mentalement et physiquement pour les jours à venir à coup de voltarène, d’huile d’arnica et de jambes en l’air !

l IMG_3659 IMG_3658

En espérant avoir l’énergie suffisante pour publier les prochaines étapes …

Nico et Marion

 

Etape spécial : Pause Thé…

Nous voici arrivée au gîte et une envie de thé nous vient. Nous allons donc chercher des plantes aromatiques pour mettre dans le sachet de thé Alhtsröm biodégradable.

11807171_396694193859646_3213899797743006715_o

Une fois les plantes aromatiques misent dans le sachet, nous confectionnons les sachets pour aller les infuser dans une tasse d’eau bouillante. Ce papier a pour particularité de se coller grâce à la chaleur de l’eau ou de la vapeur.

Une fois le papier collé nous laissons le thé infusé dans la tasse. Au bout de 3 minutes d’infusion nous enlevons le sachet puis nous goûtons au thé. Le thé fût délicieux grâce à nos expertes en plantes aromatiques.

11782264_396693697193029_2034802797984279032_o 11794093_396693530526379_4611723128146393938_o

Nous remercions Ahltsröm pour les sachets de thé qui nous ont permis de nous désaltérer. Les sachets de thé peuvent permettre un apprentissage ludique dans la recherche de plantes aromatiques et la confection du sachet de thé. Ahlström fournit déjà certaines grandes marques de thé et souhaite encore s’implanter plus fortement dans ce commerce et favoriser ainsi le développement durable.

9ème étape : ouvrez la fenêtre !!!

Altitude max :  2665 m

Dénivelé positif : 1300m

Dénivelé négatif : 1415 m

Temps : 7h15

Conseil du jour : en montée raccourcir ses bâtons et agrandir ses jambes

 

Avant dernière étape helvétique. Aujourd’hui réveil 6h30 les mines sont graves face à nos céréales… Pourquoi ?? parce que le groupe a décidé de faire une entorse au TMB en passant par l’éprouvante et non moins renommée fenêtre d’arpette qui culmine à 2665m d’altitude. Nous partons un peu avant 8h sur un air de JJ Goldman pour nous donner de l’entrain (un bébé toute seule).  50 minutes de marche d’approche nous attendent pour arriver au lieu-dit du val d’Arpette où l’on rencontre d’intimidantes mais finalement peu agressives vaches noires (typiques de la région).

IMG_3733 IMG_3710

Nous nous engageons ensuite dans un petit sentier fleuri et caillouteux, qui commence à grimper le long du flanc de la montagne ; Ce qui n’est qu’un prémice du dénivelé à venir vue la pente qui s’élève devant nous. Effectivement notre flair affuté de randonneur ne nous a pas trompé, nous rencontrons un enchainement de 5 murs impressionnants alternant zone de dénivelé sévère avec de belles marches et pierriers fascinants…(voir vidéo)

IMG_3710 IMG_3704

Après un dernier effort dans la partie finale la plus raide nous arrivons enfin à la fenêtre d’Arpette et… l’effort en valait la chandelle, se retrouver au-dessus d’un glacier est un instant rare et précieux pour un randonneur (plaisir réservé aux alpinistes généralement). Nous restons un petit moment dans ce paysage d’un autre monde le temps de prendre de belles photos souvenirs mais aussi de reprendre des forces avant d’attaquer la descente qui s’annonce épique et escarpée.

IMG_3714 IMG_3708

La première partie de la descente se passe dans le chaos bucolique d’un pierrier, vestige du travail du temps et de l’érosion qui arrive à séparer et mâcher les plus vigoureuses des roches… Nous procédons avec un groupe resserré pour éviter au maximum les erreurs de trajectoires et les pierres qui se dérobent… Les genoux sont mis à rude épreuve et la descente n’en finit plus, heureusement quelques chamois et quelques touches d’humour échangés avec d’autres randonneurs qui remontent en sens inverse viennent égailler ses moments pas forcement des plus simples à appréhender. La chaleur intense et la descente qui n’en finit pas amène malheureusement de la fatigue et la fatigue entraine quelques erreurs et là, paf suite à un caillou qui s’est jeté sous son pied on se retrouve à devoir soigner notre médecin qui souffre de quelques égratignures aux genoux et aux mains.

Nous décidons donc de faire une petite pause au bord du torrent pour recharger les batteries et profiter de nos gourdes filtrantes pour nous réapprovisionner en eau fraiche directement servie par le glacier en amont (celui même que nous toisions le matin).

45 minutes plus tard nous  arrivons à notre gîte du soir au col de la Forclaz où le groupe reprend de l’entrain à l’idée de retrouver notre ami Nico qui nous rejoint dans la soirée pour profiter de la fin de l’aventure à nos côtés. La soirée se déroule tranquillement avec de  franches parties de rigolades entre nous mais aussi avec l’équipe de l’hôtel extrêmement dynamique et amicale… Demain on repart pour une nouvelle journée où les jambes vont piquer que ce soit en montée ou en descente : d’ailleurs le débat fait rage entre les Sunday Runners sur lequel des deux est le pire… et vous vous préférez quoi monter ou descendre ????

IMG_3764

Nicolas Lopez

10 ème étape : Une journée typique en montagne ….

Parcours: De l’hôtel de la Forclaz ( Trient) au gite du Moulin (Argentière)

Distance : 18 kms

Altitude max : 2190 m (col de Balme)

Dénivelé positif : 1000 m

Dénivelé négatif : 1200 m

Temps : 5h30

 

Conseil du jour : Il est certain que l’esprit et le corps sont deux éléments indissociables, mais l’esprit peut nous aventurer et repousser les limites que le corps endolori peut supporter…

Citation du jour : « Nous sommes comme le fromage, nous nous affinons au fil du tour du Mont-Blanc »

Après avoir retrouvé la Team Kilian Jornet, je me suis vite aperçu en un coup d’œil les mollets saillants, des tours de taille acérés, les joues creusées, tout simplement les copains et les copines se sont taillés des corps de trailers, affutés comme jamais.

Une journée typique en montagne : un temps changeant mais celui-ci n’atteint jamais le moral des troupes.

La journée s’annonce difficile car un des membres des SR n’a pas fermé l’œil de la nuit pour cause d’intoxication alimentaire (un nouveau conseil du jour « bien choisir ses aliments »… J).

Le réveil à 6h30 pétante pour une nouvelle journée pleine de promesses en kilomètres et en dénivelé. Un rapide coup d’œil par la fenêtre pour voir à quelle sauce nous allions être mangés aujourd’hui. Heureusement, quelques rayons de soleil et un ciel éclairci nous laissaient présager une journée sous les meilleurs hospices.

Après un bon petit déjeuner concocté par notre hôte du refuge, un brossage de dents des plus express, les gourdes bien remplies et le ravitaillement en pain récupéré, nous décidons de lever le camp est de partir à 7h40. Pour nous mettre en « jambes », nous entamons quelques kilomètres de plat avant d’attaquer la montée sévère en direction du col de Balme qui annonce une durée de 2h30 pour atteindre le sommet. Nous sommes partis pour de longs lacets avec un dénivelé important de 900 mètres positif… une marmotte espionne notre montée et compte les aventuriers et aventurières pour voir s’il ne manque personne…

11794339_395841207278278_1080200167938257773_o

 

Enfin, nous voyons le refuge du col de Balme et nous nous octroyons une pause régénératrice d’une dizaine de minutes pour reprendre des forces au vu du temps couvert qui se profile à l’horizon.

11223344_395840720611660_3405464576447308020_o

 

Et c’est reparti pour emprunter un chemin tortueux en direction du col des Pausettes. Nous marchons quelques kilomètres  en file indienne et la pause de midi s’impose au bout d’une heure d’effort.

11807725_395841660611566_8085958895770453445_o

 

La pause ne s’éternise pas, des nuages menaçants nous laissent à croire que la pluie se rapproche. Nous sommes prudents et décidons de vêtir notre veste et cape de pluie pour ne pas se retrouver trempé jusqu’aux os.

Une légère montée nous attend et nous plongeons rapidement dans une longue descente ou les bâtons nous aident fortement à amortir les chocs et à atténuer les douleurs au niveau des cuisses. Après un recadrage de nos deux aiguilleuses Marion et Céline pour nous remettre sur le bon chemin, la découverte soudaine d’une quinzaine de totems nous amène à prendre une pause photo.

11838905_395842090611523_6007728882783825691_o

Nous reprenons notre route enchantés sachant qu’il nous reste une bonne vingtaine de minutes avant de reposer les corps meurtris par les nombreuses heures de marche. Une dernière traversée dans le village sur une route goudronnée et un retour à la civilisation nous laisse à penser une arrivée proche au refuge.

Un panneau nous indiquant le refuge du Moulin à 50 m ravive l’esprit joyeux des Sunday Runners et à notre grande surprise plusieurs petits hameaux se profilent sous nos yeux ainsi qu’une petite rivière ruisselante à proximité.

11794484_395841727278226_3939524508912281611_o

Une dernière pause photo devant le refuge avant un repos bien mérité car une avant-dernière étape demain s’annonce épique et sublime pour les yeux et pour les corps (1100 mètres de dénivelé positif pour arriver au mythique lac du Mont-Blanc).

Rendez-vous au prochain épisode pour continuer à suivre l’aventure des «  Sunday Runners au tour du Mont-Blanc ».

Nico M

11ème étape : La course aux échelles …

Parcours:l’ultime ascension Argentière ( Gite du moulin ) – Refuge du Lac Blanc

Distance : 7,5 kms
Altitude max : 2335 m (Lac blanc)
Dénivelé positif : 1100 m
Dénivelé négatif : 0 m
Temps : 4h30
Conseil du jour : « Penser à se protéger au mieux dès le matin ( crème, casquette, eau ) afin de profiter pleinement de la belle journée qui nous attend ! »
Citation du jour : « Après 10 jours de randonnée, nos cuisses sont devenues tellement saillantes qu’elles en découpent nos shorts »
Ce matin nous avons fait une grâce matinée jusqu’à 7h même si le sommeil a été perturbé (Sophie parlant bien anglais avec des brésiliens). Après un bon petit déjeuner bien copieux avec le retour du Nutella (sauf pour Jenn toujours dans le mal !), nous nous motivons pour la dernière ascension de notre périple en direction du Lac Blanc, comme dirons certains « une petite étape de 4 heures ».
Nous quittons le gite à 8h30 avec quelques petites indécisions sur le chemin mais l’hôte réussi à nous aiguiller. Après avoir traversée Argentière nous entamons la montée par un petit chemin escarpé et dès les premiers pas le soleil nous chauffe déjà bien la tête. Il s’avère donc essentiel de bien s’hydrater et de faire des pauses fréquemment car l’ensoleillement est proche de 100 %. L’ensemble des SundayRunners mouillent le maillot pour ce mur qui s’avère de plus en plus pentu.

11838633_396695513859514_5172427195640211277_o
Après 2 heures de marche, l’ascension se complique, avec sur notre chemin de nombreuses et vertigineuses échelles. Vu la hauteur à franchir certains se mettent à vaciller (à vous de deviner qui a tremblé). Des pauses sont essentielles pour l’une des membres des Sunday Runners, qui suite à une indigestion n’a toujours pas récupérée toutes ses forces. C’est alors que notre bouquetin du groupe (J.P) vient alléger ses souffrances en portant son sac jusqu’au sommet. CHAMPION !

11792146_396695710526161_6095375604458102868_o 11822881_396695753859490_8700513882257761719_o 11856467_396695770526155_97004171659520764_o

L’ascension se poursuit sans battons devenant gênants face à la raideur de la pente. Dans ces conditions, l’aménagement de la paroi nous facilite grandement notre avancée (mains courantes et marches pieds). Peu à peu le paysage se dévoile avec une vue dégagée sur la mer de glace, le le glacier de la tour et le Mont Blanc.

Sur notre chemin et après avoir perlé (suer à grosse goutes), des petits lacs sont visibles tout autour de nous (notamment le lac de cheysnay). Cela motive d’autant plus à atteindre notre but ultime. Mais la tâche s’avère ardue car un dernier mur nous attend et les estomacs crient famine ! D’ailleurs certains craquerons avant l’atteinte du lac blanc pour s’accorder une petite pause « grignotage ». On monte, on monte, on monte ! On grimpe, on grimpe, on grimpe ! On sue, on sue, on sue ! On perle, on perle, on perle !Et là enfin, un paysage paradisiaque s’ouvre devant nos yeux.

11864753_396696230526109_7921255239513077750_o 11838529_396696000526132_5544009613283152715_o 11850442_396696413859424_2290052470322805261_o

Arrivés à midi et demi au lac, cela nous laisse tout le temps de nous prélasser et de manger. Pour certains c’est aussi l’occasion d’aller faire trempette (très rapidement). Si l’eau du lac a une couleur tropicale, la température est glaciale. Cet après-midi permets également de se reposer et de faire de petites balades autour du lac pour découvrir les animaux vivant dans ce milieu.

11802620_396696410526091_3246436204987109719_o

A ce moment, le lac est très fréquenté par les touristes. Une balade après le repas, à la tombée de la nuit nous a permis de voir des bouquetins et des chamois de très près (quelques mètres) et de profiter du coucher de soleil sur le lac. Une très belle dernière soirée tous ensemble avant d’entamer notre retour sur Chamonix.

11850442_396696413859424_2290052470322805261_o 11779773_396696940526038_4510408387006873798_o 11231811_396697597192639_5120446418248238026_o 11834762_396697510525981_4704960408412775866_o 11017672_396698590525873_3407563526531318281_o

Carole Manon Thomas

 

12ème étape : La boucle est bouclée…
Parcours: Refuge du Lac Blanc – Les houches
Après une petite nuit agitée, non pas par nous mais par les ronflements (très brillants) d’un voisin de chambrée, le réveil est encore matinal ! Le petit déjeuné étant prévu à 7 heure, nous voilà réveillés à 6h30. On peut pointer le bout de notre nez par la fenêtre et admirer de bon matin le soleil sur le Mont Blanc. Le petit déjeuné pris et les Sunday Runners équipés nous entamons alors notre tout dernier jour de cette aventure.

11838588_398225660373166_3961648068711867882_o 11226928_398225417039857_3920047649846116828_o

Aujourd’hui c’est réellement une petite étape, on en profite alors pour prendre le temps d’une séance photo dans ce cadre majestueux (une séance photo un peu brillante ! serait-ce l’excitation du dernier jour ? « Chut ! »… ). Une fois les Sunday Runners photographié sous tous les angles, nous débutons notre étape du jour.

11885721_398225300373202_6336136503843883179_o

 

Nous avons fait le choix de réduire cette étape, qui annoncée au départ 8 heures de marche en dénivelé négatif. La descente est plus traumatisante que la monté pour les genoux (et croyez-moi, les genoux des Sunday Runners ne sont pas tous en grande forme). Donc, afin de rentrer en pleine forme nous marchons pendant 1 heure pour rejoindre les télécabines qui nous ramènerons jusqu’à Les Praz (petite ville à quelques kilomètres de Chamonix et des Houches). Le retour dans la vallée est un choc thermique ! Adieu fraicheur, bonjour la canicule !

11845217_398225410373191_569549640040915243_o
Après nous être acclimaté (quoi que pas totalement) nous rejoignons le bus qui nous ramène jusqu’aux Houches. Afin de terminer en beauté cette aventure, nous déposons nos compagnons de tous les jours (nos sacs à dos) et partons à Chamonix en quête d’un restaurant.

Cette fois l’aventure est belle et bien terminée. Le retour à la civilisation ne va pas être évident. Mais une chose est sûre, ce périple restera inoubliable et aura permis de nous souder encore plus.

11902883_399454063583659_8628286516793389161_o

A bientôt pour de nouvelles aventures !… (Projets à venir)
Merci à vous tous de nous avoir suivi. On espère que vous en avez pris plein les yeux !
Carole

Etape spécial: Les remerciements …

Comment ne pas clôturer ce Tour du Mont-Blanc sans adresser des remerciements tout particulièrement chaleureux aux personnes qui nous ont suivies, encouragées et soutenues tout au long de notre si belle et extraordinaire aventure.

Tout d’abord, nous tenons à souligner les aides précieuses en matériels et financières apportées par nos 4 partenaires:

- l’entreprise finlandaise AHLSTROM (http://www.ahlstrom.com), fabricant de matériaux à base de fibres et de papiers spéciaux innovants et écologiques. Un grand merci à Veronique Delannoy
( Marketing Manager for Food and Médical de l’entreprise) pour sa contribution logistique et financière. Grâce à l’enseigne, nous avons pu tester les batteries rechargeables pour les téléphones, les gourdes filtrantes et purifiantes que vous avez pu admirer ainsi que les moules et les sachets de thé biodégradables.

- l’entreprise de sérigraphie et d’objets publicitaires TUCSON (http://www.tucson-serigraphie.com). Un remerciement particulier à Valérie pour la confection et la réalisation de nos beaux maillots verts floqués de nos divers sponsors.

- l’entreprise de nettoyage GSF (https://www.gsf.fr). Un grand merci à Stéphane Lafay (Direction Régionale GSF Mercure) pour l’aide financière apportée.

- l’entreprise AU VIEUX CAMPEUR dédiée aux équipements pour sports et activités de montagne, de terre ou d’eau (http://www.auvieuxcampeur.fr). Un soutien financier qui nous a permis de nous équiper à moindres frais dans l’enseigne donc on tenait à la remercier également.

Ensuite, nous souhaitons dire merci aussi à toutes les personnes extérieures au projet pour votre engagement et votre soutien à nous suivre sur la page Facebook et sur le blog des Sunday Runners. Grâce à vous, le périple nous a paru moins long , moins physique et ont permis de remonter le moral des troupes dans les moments les plus difficiles.

De plus, ils nous semblaient essentiel de parler de nos 13 compatriotes d’aventure. Une mention spéciale à Marion et Céline, nos deux guides qui nous ont grandement faciliter la direction à prendre tout au long du parcours, il suffisait uniquement de suivre, quel bonheur!!! Merci à la troupe des SR pour avoir fait vivre cette aventure unique et exceptionnelle au travers des différents articles, photos et vidéos publiés chaque jour.

Enfin, n’oubliez pas et surtout pensez à aimer ainsi que de partager notre page Facebook et consulter notre blog. Certes, une page se tourne après ce magnifique projet mais il reste encore plein de belles histoires à écrire dans le livre des Sunday Runners.
Donc on compte sur vous pour continuer à nous suivre en direct ou en replay sachant que de futurs projets sont en cours de discussions mais vous pouvez dès à présent nous faire part de vos idées de projets éventuels pour les membres de l’association des Sunday Runners.

A bientôt

Nico et Nico

0 commentaire à “Le Tour du Mont Blanc”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Passionplongee |
Anthony56 |
Lima 2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Foot FPassion
| Les sparnaricers aux 24heur...
| Coursforest